LIFESTYLE

Armani Privé : la couture italienne tournée vers le Soleil-Levant


Le succès était au rendez-vous chez Armani Privé. Giorgio Armani a reçu une standing ovation pour sa collection à la croisée d’influences asiatiques et Art déco présentée le 2 juillet dernier, en fin de journée, devant un public enthousiaste au Petit Palais.

Les invités ont applaudi chaleureusement les deux défilés organisés par le couturier italien, qui a dû répartir ses invités en deux sessions pour pouvoir accueillir tout le monde.

Son second défilé, organisé pour les célébrités, a attiré le premier rang le plus glamour de la saison de la couture parisienne, notamment la resplendissante Nicole Kidman, escortée de ses deux maris, son époux à la ville Keith Urban et Alexander Skarsgard, son partenaire dans la série télévisée Big Little Lies.

Attention, spoiler : si le personnage joué par Alexander Skarsgard a été assassiné à la fin de la première saison, Giorgio Armani est peut-être le seul couturier capable de ramener les morts à la vie pour son défilé. La légende du cinéma Claudia Cardinale, l’actrice et starlette branchée Zendaya, la ballerine française Aurélie Dupont et la chanteuse pop anglaise Rita Ora étaient également de la partie.

À l’âge vénérable de 85 ans, Giorgio Armani est encore probablement le meilleur tailleur au monde, ce qui force le respect. Un soupir d’admiration a traversé le public devant un pantalon en crêpe noir de jais, coupé à la perfection. On sentait la même admiration pour les blazers à revers pointus, les smokings époustouflants avec cols châles contrastés et les pantalons sarouels, d’une fluidité impressionnante.

Le créateur a su ménager son effet en renonçant au décor habituel de sa ligne « Privé » – une boîte noire – et en laissant le soleil du soir illuminer la magnifique galerie néo-classique du Petit Palais, qui prenait dans cette lumière des allures de cathédrale.

Pour ses tenues de soirée, le créateur italien s’est tourné vers l’Orient, avec des kimonos, des capes et des robes « asiatisantes » coupées dans de belles soieries ultra-fluides, que Giorgio Armani décrivait comme le retour d’un élément « populaire » dans son travail.

Après le défilé, le couturier a immédiatement sauté dans un jet privé pour retourner à Milan afin de commencer à travailler sur sa prochaine pré-collection. Un exemple vivant de stakhanovisme dans le monde survolté de la mode.

Pour ses invités, le trajet était plus court. Ils ont pu se promener dans les jardins du Petit Palais, avant de déguster un dîner splendide : de la cuisine italienne moderniste, qui complétait parfaitement la vigueur rafraîchissante de la collection.

19

Comment trouvez-vous cet article ?

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Average rating / 5. Nombre de votes:

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter ce post.

Comme vous avez trouvé cet article utile ...

Suivez nous sur les réseaux sociaux!

Vous aimez ça ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *